Sur le chemin

Sur le chemin (CD, 1996)

Sur Le Chemin...

Titres du CD

1 – Point de Fuite (5’20) – 1’52s/1,7Mo
2 – Jeu d’Enfant (4’50)
3 – Dans le Miroir (4’30)
4 – Sur le Chemin (5’26) – 1’20s/1,2Mo
5 – La Chaise Vide (8’07) – 2’01s/1,8Mo
6 – Demain Peut-être (2’25)
7 – Regards Réfléchis (6’56)
8 – Une Autre Vie (2’28)
9 – Des Illusions (3’02)
10 – Message Perdus (5’00)
11 – Dernière Séquence (5’38) – 0’53s/0,8Mo
12 – Au-delà du Passé (9’37) – 2’34s/2,3Mo

A propos de l’album

Le but de Bertrand était de produire une musique plus proche de ses influences d’origines : Klaus Schulze et Tangerine-Dream.
Ceci transparait de manière évidente dans des titres comme « Point de Fuite » et « Sur le Chemin ».
« La Chaise Vide » est dédié à un jeune collégien, décédé brutalement, dont Bertrand était le professeur.
Le titre « Sur le Chemin… » veut exprimer que la création pour Bertrand est liée aux événements de la vie, en particulier aux rencontres et aux émotions ; aux chemins de vie qui se côtoient, qui se croisent et parfois s’éloignent.
La photo de la couverture est d’Olivier Briand qui est, en plus de ses multiples talents de musicien et d’ingénieur du son, photographe amateur. La photo montre un quartier de Nantes que les deux amis fréquentaient souvent dans la période de production du disque.
Bertrand Loreau considère actuellement « Sur le Chemin….  » comme son meilleur album.

Ils en parlent…

Sur le Chemin apparaît comme l’offrande d’une quintessence, le disque le plus abouti, le plus accompli.
Muséa-mag – Fr

Enfin une musique où les états d’âme transpirent à chaque sillon.
Dominique Roux – Rubycon – Fr

Les albums de Bertrand Loreau ne s’écoutent pas, ils se lisent comme de grands romans. La délicatesse des sons et la richesse des idées montrent une fois de plus la grande maîtrise de Bertrand.
R.V. – La Lettre de Musique – Fr

Sur le Chemin est un disque beau, apaisant et varié. Ne cherchez pas ici de quelconques expérimentations électroacoustiques, d’étranges dissonances cosmiques… C’est son talent de mélodiste qui permet au nantais d’éviter le piège dans lequel sont trop souvent tombés les représentants de la mouvance dite « électronique ».
Marc Moingeon – Big Band – Fr

… Son album m’a replongé dans les meilleurs Tangerine Dream de ma tendre jeunesse. C’est du tout bon d’autant plus que la froideur apparente des instruments électroniques est ici masquée par la grande finesse des arrangements. Je ne m’en lasse pas et cette plage titulaire, quel régal !
Denis Petit – Prog Resiste – Fr